mercredi 31 janvier 2007

A poils, à plumes.. et en écailles.

Nous n’avons pas quitté le Jardin Botanique. Au cours d’une promenade qui pourra facilement durer plusieurs heures, il sera impossible de ne pas croiser quelques uns de ses habitants permanents.


Les plus visibles, les plus présents, demeurent toujours les écureuils. Je trouve que, non contents d’être charmants, ce sont de petits animaux très sociaux et intelligents. En automne, ils signalent leur présence dans les grands noyers. On ne le voit pas tout de suite, mais on entend leur grignotage au dessus de nos têtes, on reçoit des épluchures de brous de noix…et si on est attentif, on finit par les apercevoir. J’ai même réussi à filmer l’un d’entre eux en train de préparer son nid (on peut le voir en cliquant ici )


En hiver, les écureuils sont toujours là. Je pensais encore naïvement il y a trois ans que les écureuils hibernaient… Pas du tout, ils sont seulement moins visibles çà et là dans la ville. En revanche, dans le jardin botanique, ils sont beaucoup moins farouches qu’à l’ordinaire. Ils ont vite compris que les grands bipèdes que nous sommes peuvent parfois (bien que ce soit rigoureusement interdit) les nourrir avec deux ou trois friandises retrouvées au fonds de nos poches.


Plus rares dans le jardin, ce sont les fameux petits écureuils dits "suisses" (en raison de leur livrée rappelant celles des gardes du même nom au Vatican)


Suisse

Les écureuils sont partout chez eux dans le jardin. Mais il faudra s’approcher des lacs pour croiser libellules, canards, hérons et bernaches. Il m’est arrivé de voir aussi une ou deux tortues. Jamais de grenouilles, mais je suis certain qu’il doit y en avoir. Les canards sont peu sauvages… A la fin du printemps, on peut voir des familles entières, qui, pour peu qu’on ne soit pas brusques, se laissent approcher, et permettent même une caresse au dernier né !


Libellule

Moineau

Héron

Bernache


Il y a enfin beaucoup d’insectes. On trouvera des papillons en liberté dans les parterres de fleurs. J’ai pu photographier quelques monarques, ces papillons migrateurs qui voyagent depuis le nord du Canada jusqu’au Mexique. Mais on n’en trouve pas seulement en liberté à l’extérieur. Tous les ans, il y a dans la grande serre une exposition de papillons en liberté. Ça virevolte, et se pose sur nos mains. C’est une explosion de couleurs, toujours très prisée : même à l’ouverture, il y a foule !


Papillon Monarque


Dans les jardins, certaines fleurs attirent des espèces d’insectes bien spécifiques. On ne les trouvera nulle part ailleurs.



Mais qui dit : Montréal = Canada = caribou sera bien désappointé ! Le plus gros animal reste encore le touriste !

13 commentaires:

Alcib a dit…

Chouette, je reconnais cet écureuil ! ;o))
Il y a sur le mont Royal des sanctuaires d'oiseaux ; souvent, au moment du coucher du soleil, j'ai vu là des oiseaux magnifiques.
Et il y a aussi sur le mont Royal des animaux que l'on ne voit pas souvent dans les jardins publics : j'y ai vu des marmottes, des lièvres, des ratons-laveurs (qui sont venus chercher à manger dans ma main), des mouffettes avec lesquelles je me suis amusé. Évidemment, il y a aussi des écureuils ; mes préférés sont les petits suisses qui sont amusahts à observer quand on leur donne quelque chose à manger : ça leur prend du temps à faire confiance, mais quand c'est fait, ils ne nous lâchent plus ;o))

DavidT a dit…

Dis-moi, Jean-Marc, le papillon blanc est-il aussi un Monarque?

Jean-Marc a dit…

Alcib : je suis allé quelquefois sur le Mont Royal, mais n'ai jamais eu la chance de croiser de marmottes, lièvre, ratons-laveur et mouffettes...Il va falloir que j'y retourne (quoique la rencontre éventuelle avec une mouffette, euh...) Merci pour tes beaux compliments, je suis tout rougissant...!

David : j'ignore malheureusement comment se nomme le papillon blanc, mais je suis sûr que ce n'est pas un monarque. Le monarque est spécifiquement orange, et il effectue une migration de plusieurs milliers de kilomètres (en plusieurs années je crois) du nord au sud du continent américain. C'était un thème d'ailleurs d'un documentaire présenté au Futuroscope

DavidT a dit…

Merci pour ta réponse... Je suis allé voir les Monarques sur leur lieu de migration hivernal, en Décembre dernier.... c'était magique, comme tu peux facilement l'imaginer...
Bref, tant pis pour le nom du papillon blanc.... si quelqu'un a une piste, je suis preneur!

DavidT a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
eliane a dit…

BRAVO POUR CES MAGNIFIQUES FLEURS

TU ES LE CHAMPION

LILI

Jean-Marc a dit…

David, j'ai ta réponse : il s'agit du Morpho Polyphemus :

http://www.treknature.com/gallery/North_America/Canada/photo12244.htm

J'ai trouvé cette information grâce au site vraiment très bien fait du jardin botanique...et appris que l'événement "Papillons en liberté" reprend dès mon retour...Je me demande d'ailleurs si je ne vais pas trainer du coté du jardin botanique pour me trouver une nouvelle job...Qui sait ?

DavidT a dit…

Bonne idée!! Mais nous risquons de venir t'importuner souvent...
Et merci pour la réponse très rapide, et précise...

Jean-Marc a dit…

Merci Lili ! Tes compliments me vont droit au coeur ! Je vais essayer de tenir ce journal informatique régulièrement...et trouver quelque chose de nouveau à dire aussi un peu tous les jours !
Bises

martine a dit…

je suis encore scotchée par la qualité de tes photos d'écureuils et du papillon. Tu crois que j'arriverais à avoir une telle proximité avec un zoom optique 3x en photographiant les lapins qui courent en bas du jardin à environ 40 mètres ? hihi

Jean-Marc a dit…

Pour les photos d'écureuils et de papillons, je n'ai pas grand mérite, ces animaux ne sont pas toujours farouches... Un lapin ? Ah, il faut essayer, mais plus on zoome, moins bonne est la qualité de la photo.

eliane a dit…

comment peux-tu faire pour photographier avec autant de précision un insecte sur des fleurs
Je crois que tu as raté ta vocation
Sur ton site, c'est un festival de couleurs; bravo à toi
lili

Jean-Marc a dit…

Merci Lili ! Pour l'insecte, il faut un petit peu de patience, et se mettre en mode "macro" sur la photo, ce qui permet de faire des gros plans bien détaillés. C'est pas facile avec des libellules qui bougent sans cesse.