lundi 5 février 2007

Marché Jean Talon

J'ai demandé à Hervé, qui vient d'arriver à Montréal, s'il connaissait le Marché Jean Talon. Il m'a répondu affirmativement, et que Christophe lui avait servi de guide. C'est un savoir qui se transmet : j'avais moi-même servi de guide à Christophe !

A Montréal, il y a quatre grands marchés publics, ouverts toute l'année, sept jours sur sept. J'en connais trois : Maisonneuve, Atwater, Jean Talon. Il me reste à découvrir Lachine.

Mon préféré, c'est le Marché Jean Talon. Parce qu'il est grand, qu'on y trouve beaucoup de bons produits, et que... c'est tout proche de la maison !!! Ce marché est situé dans le quatier de la Petite Italie.


J'adore les marchés. En France, les marchés proposent un peu de tout. De l'alimentaire principalement, mais aussi du bric à brac : des vêtements, des disques (des trucs ringards chantés par des amateurs... ce qui doit marcher quand même, c'est ahurissant !), et même des matelas.

A Montréal, les marchés ne font que de l'alimentation. En silence. Contrairement aux marchés français, où les vendeurs interpellant les clients par leurs cris font partie de l'ambiance.

Le marché Jean Talon est riche en couleurs, odeurs et saveurs. Il diffère énormément selon les saisons. Durant le printemps, l'été et la majeure partie de l'automne, c'est un vaste marché ouvert.
Il y a beaucoup de primeurs, de maraîchers locaux. Pour les fruits et légumes, c'est là qu'il faut les acheter, incontestablement. Les produits du Québec sont savoureux et, chose un peu oubliée en France, ils ont du goût ! Fraises du Québec, tomates roses, pommes, champignons, salades, framboises, pommes de terre... J'ai toujours les bras bien chargés lorsque j'en reviens !

En été, les fleurs, et les plantes aromatiques sont légion, on se croirait un peu en Provence.

A la fin de l'été, on s'aperçoit que les jardins donnent tout ce qu'ils peuvent. C'est l'abondance, une explosion de couleurs dans les poivrons, les aubergines, et même les choux-fleurs, qui se déclinent en blanc, vert, orange et même violet.

En automne, environ un mois avant l'Halloween, ce sont les citrouilles et autres cucurbitacées qui mènent la danse.

Mais le Marché Jean Talon, ce n'est pas que les fruits et legumes locaux. On peut trouver (à des prix imbattables !) des produits exotiques chez Sami Fruits. J'y ai acheté les meilleurs letchees depuis bien des années.

C'est également beaucoup d'autres commerces de bouche : des viandes excellentes (à des prix très raisonnables). C'est par exemple l'enseigne "Porc Meilleur" (qui n'a pas usurpé son nom) à l'accueil très chaleureux. Ou encore Atkins Frères , qui fume le saumon à l'ancienne. Sans oublier les délicieux saucissons des Cochons tout Ronds des Iles de la Madeleine En fait, il faudrait que je fasse un article sur chacun des commerces chez qui nous allons, pour dire tout le bien que j'en pense. Moi qui adore cuisiner, le marché Jean Talon est idéal. J'y trouve tout ce dont j'ai besoin.

Un peu trop, même... Je me laisse emporter par mon enthousiasme, et, si je suis venu en métro, je me retrouvé piégé avec pleins de sachets qui pèsent des tonnes au bout des bras !

Heureusement, depuis quelques mois, le Marché à fait creuser un parking souterrain, très facilement accessible, avec des places toujours disponibles, avec des prix qui feraient pâlir les parisiens (50 sous la demi-heure, soit environ 35 centimes d'euros)


Je vais au Marché au moins une fois toutes les semaines. Pour moi, c'est non seulement l'endroit où je suis certain de trouver de bons produits, mais c'est également l'assurance de passer un moment relaxant, de pouvoir bavarder un peu avec les commerçants. Dans les circuits touristiques, je trouve que les organisateurs seraient mieux inspirés de faire faire une halte dans un des marchés public de Montréal, plutôt que lâcher les touristes dans la ville souterraine !

Ça ne vous fait pas envie, un endroit comme ça ?

9 commentaires:

Alcib a dit…

Faire envie ? J'en suis malade ;o))
Moi qui n'ai pas l'habitude des marchés, je crois que je devrais déménager dans votre quartier ; j'aurais un bon prétexte pour aller au marché ;o)
Comme j'ai tout tout près de chez moi, je n'ai pas vraiment envie d'aller assez loin pour faire les courses, mais si je n'avais pas tous les produits qui m'intéresset au coin de la rue, il me faudrait bien aller au marché et alors je participerais à ce plaisir sensuel et gourmand.
Ces photos sont magnifiques et... tellement appétissantes.

Hervé a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
martine a dit…

ça sent... la ratatouille !! hihi
Superbe Jean-Marc,ça a l'air vraiment sympa pour qui se préoccupe de la qualité dans l'assiette :-)

Olivier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Alcib a dit…

Ce sont des aubergines blanches, sur la dernière photo ?
Tout cela me donne faim, bien sûr, mais plus encore que l'estomac, c'est le coeur que stimulent ces formes et ces couleurs ; elles me font sentir plus encore l'absence d'un complice avec qui faire des courses, préparer des repas et les partager :o(

Jean-Marc a dit…

Merci tout le monde pour tous ces commentaires !

Alcib : oui, ce sont des aubergines blanches. Mais c'est vrai que seul, on est moins enclin à faire la cuisine, ce qui est mon cas en ce moment. En revanche, même à deux, quand c'est moi qui suis aux fourneaux : je veux rester TOUT SEUL dans la cuisine, que personne ne papillonne autour de moi... (je suis ch..., mais j'aime avoir mon espace pour moi tout seul quand je cuisine...)

Anne a dit…

Olala, ca me fait vraiment trop envie !!!! Je sens même l'odeur d'une bonne recette de cuisine ....
;-)

Alcib a dit…

Jean-Marc, je comprends ton envie d'être seul maître à bord du vaisseau-cuisine ; je suis ainsi si je reçois : je ne veux pas qu'on vienne mettre son nez dans mes casseroles. Mais avec Hugo, mon petit voisin, on cuisinait parfois à deux, même si l'espace de ma cuisine est assez restreint. Parfois c'est lui qui cuisinait chez moi. J'en conclus que j'aime cuisiner seul mais si la complicité est bonne, je peux travailler en collaboration ;o) Avec mon premier grand Amour, ça ne me dérangeait pas non plus qu'il soit dans la cuisine et qu'il participe à la préparation des repas ; c'était même assez souvent de beaux moments de complicité.

Alcib a dit…

La cuisine, c'est parfois un excellent moyen de relaxation et de détente ; il arrive qu'on ait envie de relaxer... en paix ;o))

Faire la vaisselle peut aussi être un moyen de détente ; pendant plusieurs années, je lavais la vaisselle juste avant d'aller me coucher. Je dormais mieux, ensuite ;o)