samedi 3 mars 2007

Jour de neige





Il y a environ une semaine, nous regardions les prévisions météorologiques à long terme . Ça disait pluie et deux degrés au dessus de zéro. Autant dire que je faisais la grimace, parce que moi, la pluie, j'en avais déjà eu mon content durant mes deux mois passés en France !

Il semble donc qu'il ne soit pas raisonnable de se fier, en matière de météo, à des prévisions qui tiennent d'ailleurs davantage lieu de prédictions. Nous avons bien eu nos deux degrés...mais en dessous de zéro. Et la pluie, ça devient quoi en dessous de zéro ? Bingo ! De la neige !!!

Et pas qu'un peu ! Au moins 35 centimètres !

Moi, je ne suis pas un vieux montagnard capable de prévoir le temps, ni par son expérience, ni par ses rhumatismes. Et si on m'avait interrogé ne serait-ce qu'hier après-midi, j'aurais dit : "Oh, ben il va faire un beau ciel bleu, avec une température douce mais sèche..."

Ben oui, on a eu ce temps là depuis vendredi dernier. Seulement, ce n'est pas comme cela que ça marche. Ne dit-on pas, d'ailleurs, que les jours se suivent et ne se ressemblent pas ?

Ce matin, donc, en soulevant le rideau de la fenêtre : "Oh, il a neigé ! Non, il neige ! En ce moment !

Une demi-heure plus tard, on ne voyait déjà plus les grilles en bas du balcon. J'ai commencé par le déneiger un peu. Sans trop m'appliquer, parce que je savais que quelques heures plus tard, tout serait à recommencer...



Je n'ai bien évidemment pas voulu rester enfermé à la maison avec un temps pareil. Il ne suffit pas de proclamer à tout bout de champ qu'on aime la neige, encore faut-il prouver qu'on ne raconte pas d'histoires en disant cela.

Le programme était tout trouvé : j'irais au Jardin Botanique, admirer le paysage transformé par la neige.



Je suis donc parti vers 10h30, avec un peu de musique en poche, mon appareil photo, et une provision de piles afin de ne pas tomber en panne d'énergie pour faire mes photos.

La rue si familière était déjà devenue un espace bien inhabituel. Beaucoup de personnes étaient occupées à pelleter pour dégager leur voiture. Ceux qui n'avaient pas à s'en servir auraient une belle surprise le soir !

J'ai pris le métro jusqu'à Pie IX, et ai fait les quelques pas qui séparent du jardin botanique. Pas la peine de chercher les trottoirs, les signalisations au sol... Tout a disparu. Un simple croisement de deux routes principales devient un espace polaire indéfini... C'est très étrange. Les voitures roulent généralement plus lentement (ce n'est hélas pas le cas pour toutes), en soulevant des gerbes de neige sale et tassée.




Dans l'allée principale du jardin, mes pieds se sont enfoncés de plusieurs centimètres dans la neige fraîche. Deux ou trois clichés, puis j'ai décidé de faire une halte dans la serre aux papillons. La neige qui tombait n'était pas une neige de gros flocons moëlleux, mais des petits grains de glace, qui s'accrochaient et pénétraient le moindre espace laissé libre.




Il fallait donc que je me sèche un peu avant d'aller faire mon grand tour du jardin. Et puisque j'étais si près de la grande serre, pourquoi ne pas en profiter ? Ce fut une bonne idée, parce que la serre était quasiment déserte, et les papillons beaucoup plus enclins à voleter un peu partout. J'ai réussi des photos que je montrerai un peu plus tard.





Après un bon moment passé à l'intérieur (et comme j'avais chaud !), je me suis décidé à ressortir.

Qui osera s'asseoir ???

Ce fut une marche assez physique. J'ai fait le grand tour du parc, là où la neige avait été dégagée par les chasse-neige du parc. Mais je me suis enfoncé aussi dans des endroits plus déserts, là où sont plantés tous les lilas.. Rien à voir avec une promenade printanière ou estivale ! Je suis même tombé une fois...pas vu les quelques dalles en verre recouvertes par 20 centimètres de neige. Ça ne pardonne pas ! Mais bon, même pas mal !




Il y avait plus fada que moi : j'ai vu un type faire son jogging comme si de rien n'était. Pour preuve que je ne mens pas, on pourra le voir sur la petite vidéo.






Et puis, je me suis arrêté aussi longuement devant les mangeoires aux oiseaux, où ils étaient nombreux à se presser, à piailler pour se disputer les graines. Il y en avait de magnifiques, avec de jolis plumages jaunes ou rouge. On peut voir ces oiseaux également sur la vidéo (il est préférable de l'afficher en grand pour distinguer les couleurs), mais avec ce temps où le ciel se confond avec le sol, où les couleurs vont du blanc au gris clair, ce n'était pas aisé de réussir de jolies prises de vues.



Je ne sais pas combien de temps je suis resté dans le jardin. Tout ce que je sais, c'est que j'étais transformé en début de bonhomme de neige... La neige s'était transformée en une croûte de glace sur mes vêtements. Et puis, je porte rarement gants, bonnet et echarpe. Je n'avais pas de raison valable d'en avoir aujourd'hui. J'ai donc eu un joli casque de glace sur les cheveux, sur les sourcils et dans la barbe. La photo où je suis donne l'impression que j'avais froid. Erreur, je n'ai pas senti le froid...mais je pense que mon sang devait malgré tout circuler un peu plus vite.



J'ai eu le temps de ruisseler gentiment ensuite dans le métro. Lorsque je suis ressorti de celui-ci et regagné ma rue pour rejoindre la maison, l'ambiance était encore plus polaire que le matin : on ne voyait plus certaines voitures, il fallait marcher sur la route en raison des trottoirs non déneigés.



Finalement, pour le restant de la journée, j'ai continué à regarder tomber la neige le nez collé au carreau.


NB : On peut toujours afficher les photos en grand en cliquant dessus

10 commentaires:

Alcib a dit…

On dirait que tu t'es mis à la photographie en noir et blanc ;o)

Jean-Marc a dit…

C'est exactement cela...;o)) On perd toutes nos couleurs dans cette aventure...mais on voit que j'ai les joues bien colorées malgré tout, non ?

Olivier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jean-Marc a dit…

Je ne le suis pas, ce n'est qu'une impression. J'ai l'air de baisser la tête pour lutter contre le froid, mais c'est simplement pour ne pas croiser des yeux l'objectif quand je me prends en photo (oui, c'est moi qui l'ai faite, avec mon bras droit tendu...)parce que tu sais combien je déteste me voir en photo... Là, je voulais juste savoir à quoi ressemblait la croûte de glace que je sentais quand je passais ma main (sans gant) dans mes cheveux givrés.

martine a dit…

j'ai eu la même impression qu'alcib au départ. Très réussi ton auto-portrait, pas besoin de gel pour faire tenir les cheveux hihi
on distingue la Tour Olympique sur la 3e photo si ma vue ne me trompe pas ?

Jean-Marc a dit…

Non, ta vue ne te trompe pas, Martine, c'est bien la silhouette de la tour

looange a dit…

Un ti chapeau sur la tête ça ne te tente pas ?? :) Moi je suis sortie une fois dans un temps pareil et je suis tombée 3 fois par terre parce qu'il y avait de la glace sous la neige. J'Avais des gros bleus sur les genoux. Je me suis donc, abstenue hier.

Alcib a dit…

C'est vrai que la seule photo qui ait un peu de couleur, c'est celle qui montre un peu de ton visage ;o)

Dans mon quartier, aujourd'hui, je n'ai pas vu de jogger (mais il devait y en avoir) ; j'ai cependant vu des étudiants en bermudas : ils sont vraiment fous ces anglos !

Kris a dit…

Je dis souvent que MétéoMédiocre fait du sensationnalisme. Merci, Jean-Marc, pour les photos sous la neige. Moi j'ai attendu que le vent cesse pour chausser mes raquettes.

Jean-Marc a dit…

Je n'ai jamais fait de raquettes, mais je pense qu'elles m'auraient été bien utiles pour évoluer dans toute cette belle neige fraîche ! Merci pour ton commentaire Kris :o)