vendredi 16 novembre 2007

Carnets de voyage : Lisbonne- Portugal

Quel souvenir agréable que ce séjour à Lisbonne, capitale du Portugal ! C'était en février 2000.
J'avais adoré cette grande ville, qui a su développer un modernisme tout en conservant un patrimoine historique exceptionnel.

Tout comme Barcelone, Lisbonne est une ville assise sur un bord de mer. C'est probablement une raison inconsciente pour laquelle j'avais beaucoup aimé ces grandes villes.

Dans mes voyages, il y a toujours un arrêt dédié à l'église ou la cathédrale du coin. Je ne sais plus où j'ai pris cette photo exactement. J'avais été séduit par l'image de ces femmes adressant leurs prières à la Vierge Marie. Mon oeil de photographe ne devait pas être très mauvais car, quelques années plus tard, dans un numéro de Géo consacré à Lisbonne, j'ai retrouvé en double page exactement la même photo, avec des sujets différents, bien évidemment.

Dans une rue de la ville, on peut tomber nez à nez avec la statue d'un écrivain et poète portugais du XIXème siècle, Fernando Pessoa.


Sur la photo, on peut remarquer les dessins formés par les pavés. Ce pavage est tout un art ! Les motifs sont divers et variés. L'origine de ces pavés remonte elle aussi au XIXème siècle. Il s'agissait au départ d'assurer les meilleures conditions d'hygiène aux rues et aux places. Mais très vite, l'imagination des ouvriers les conduisit à créer toutes sortes de dessins et motifs. Un seul mètre carré de pavage artistique peut mobiliser une équipe de 6 personnes une journée entière. Pour la petite histoire, (et vous pourrez le vérifier avec Google Earth) le pavage qui orne et longe la plage de Copacabana à Rio de Janeiro s'inspire de cet art, et représente des vagues...

Je parlais de ce coté double de la ville : un coté assez moderne en bas, et vraiment ancien dans la ville haute, avec de très vieilles maisons et des ruelles très étroites. C'est un très gros tremblement de terre, qui a eu lieu en 1755, qui a décidé de la physionomie de la capitale. Tout le bas de la ville ayant été dévasté, c'est la partie qui a été reconstruite alors que le haut a été préservé de la catastrophe, et donc du passage des ans...

A Belem, dans le patrimoine culturel et architectural figure le monastère des Jeronimos, chef d'œuvre de l'art manuelin.

Tout près de là, on y confectionne les fameux "pastei de nata", délicieux petits flans.

Mais Belem, c'est aussi la fameuse tour, véritable décor de carte postale.

Cette même tour jouxtant le Monument des Navigateurs :

On peut d'ailleurs y grimper... Ça vaut le coup d'œil, non ?

La modernité de la ville a été rehaussée en 1998, lors de l'exposition universelle dont le thème était "les Océans, un héritage pour notre futur". Il y avait beaucoup de structures et de bâtiments aux lignes futuristes

Un autre art unique et très visible est très présent dans la ville. C'est celui des Azulejos, ces faïences bleutées qui ornent beaucoup des murs de la ville.

Quelques autres photos des charmes de la ville :

Au moment de partir, j'ai pu jeter un dernier coup d'oeil sur la ville par le hublot de l'avion. Je suis assez content de ce cliché.

3 commentaires:

tofsi a dit…

Voilà une ville que je connais pour y être allée deux fois. Comme toi, j'ai vraiment aimé son charme, le mélange des styles.

Pour tout ceux qui apprécie, en juillet je crois, il y a la "feira", une grande foire de plusieurs kilomètre de long, avec des stands de ventes modernes et anciens, ça va de la babiole inutile à la piscine de jardin!

J'ai à chaque fois pu profiter de la générosité local pour avoir été acceuillie dans des familles. Ces gens sont ouverts et généreux. Certains n'ont rien mais donne tout.

Pour ma part, je suis tombée amoureuse de cette ville et ces environ.

Joël a dit…

Très sympa ton reportage sur un ville qui m'a aussi conquis.

V à l'Ouest a dit…

La vue de l'estuaire ensoleillé depuis la tour de Belem reste un de mes meilleurs souvenirs de voyages. Les Portugais sont des gens adorables en plus.